Tenir son budget implique inévitablement une certaine discipline et une rigueur mais les avantages sont tellement grands :

  • reprendre du pouvoir sur sa vie financière
  • sentiment de liberté
  • voir où va son argent
  • diminuer le stress
  • faire des choix de consommation éclairés
  • mieux gérer ses impulsions d’achat
  • prévoir un achat important
  • éviter l’endettement excessif

Les outils disponibles


Types de dépenses

L’ACEF suggère de séparer votre budget en trois types de dépenses :

1. Dépenses fixes

Ce sont celles qui ne se font habituellement qu’une seule fois dans le mois et sur lesquelles on a peu de pouvoir.

  • loyer
  • assurances
  • télécommunications
  • dettes
  • électricité
  • etc.

2. Dépenses courantes

Ce sont les dépenses que nous faisons généralement plusieurs fois par mois et même par semaine. C’est l’argent dont nous avons besoin dans nos poches pour passer la semaine.  

  • nourriture
  • essence
  • loisirs
  • pharmacie,
  • garderie
  • etc. 

3. Dépenses occasionnelles

Ce sont les dépenses «imprévues» qui arrivent à l’occasion dans l’année et que l’on doit donc prévoir. On ne sait souvent pas quand elles devront s’effectuer ni à combien exactement elles se chiffreront, mais chose certaine, elles arrivent !  

  • vêtements
  • cadeaux
  • rentrée scolaire
  • entretien des véhicules
  • vacances
  • etc.

Les étapes d’un bon budget

1. Prévisions annuelles

Il est essentiel de faire vos prévisions pour l’année avant d’entamer un budget. Cela vous permet d’avoir une vue d’ensemble de votre situation financière afin de vous assurer que vos finances ne sont pas déficitaires.

Le budget annuel vous permet de faire des choix pour l’année, de prévoir des épargnes pour vos projets. Il vous donne l’heure juste et vous guide tout au long de l’année.

Par exemple, vous saurez que même s’il y a de l’argent au compte de banque en fin de mois, elle doit s’y accumuler pour les éventuelles dépenses occasionnelles à venir (vêtements, cadeaux, rentrée scolaire…).

2. Prévisions mensuelles

Une fois vos prévisions annuelles établies, vous pourrez, à chaque début de mois, établir vos prévisions mensuelles. Cela consiste à évaluer les revenus que vous comptez recevoir ainsi que toutes les dépenses à faire durant le mois.

Il est très important de prévoir les dépenses occasionnelles, soit comme une réelle dépense que vous ferez ce mois-là, soit comme épargne en vue de l’effectuer au cours des prochains mois. Par exemple, tout au long de l’année, vous devez prévoir épargner le 1/12 des frais scolaires pour que la somme soit amassée en septembre. Même chose pour les vacances, les réparations d’auto…

L’ACEF vous suggère de mettre cette épargne dans un compte de banque à part. Ainsi, l’idéal est d’avoir un compte chèque pour les dépenses fixes et courantes et un compte d’épargne pour les occasionnelles.

3. Inscription quotidienne des revenus et dépenses

Tout au long du mois, il s’agit maintenant de noter tout ce qui entre et qui sort de votre compte de banque ou de vos poches. C’est la seule façon de s’assurer de respecter vos prévisions. En cours de route, si vous faites des bilans hebdomadaires, vous pourrez rajuster vos dépenses.

Après quelques mois à noter au jour le jour vos revenus et dépenses, il vous sera plus facile d’établir des prévisions réalistes.

4. Bilan mensuel

À la fin de chaque mois, vous pourrez comparer vos prévisions avec la réalité. C’est aussi le moment de s’assurer que l’épargne prévue a bien été mise de côté dans le compte d’épargne et que les chiffres au budget concordent avec ceux au compte de banque.

5. Bilan annuel

Une fois l’année achevée, il s’agit de comparer vos prévisions annuelles avec la réalité annuelle. Cet exercice vous permet de faire différents constats et de réajuster vos choix de consommation pour l’année qui vient.